18 février 2008

Juno (Jason Reitman 2007)

Reitman récidive. Son deuxième film se place à nouveau sous la fière bannière des indépendants américains pour aborder le thème de la maternité. Le premier rapport sexuel de Juno, 16 ans, adolescente écervelée, se voit donc soldé d'une grossesse accidentelle. Se refusant à avorter, elle préfèrera confier le nouveau-né à de bons parents adoptifs. Portrait d’une ado brulant les étapes de la maturité. Tout le foin fait autour de Juno a de quoi sérieusement mettre en rogne. Loin de moi l’idée d’insinuer que ce film est mauvais car ce... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 17:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 février 2008

Will Hunting (Gus Van Sant, 1997)

S'il devait être érigé une liste des plus grands auteurs américains contemporains, Gus Van Sant serait pour sûr l’un des premiers noms qui viendraient en tête à tout cinéphile. Car oui, Van Sant est essentiellement un cinéaste de cinéphiles. Pour preuve : ses trois derniers films étaient en compétition officielle à Cannes dont il est reparti presque à chaque fois les bras chargés de récompenses. Il n’est pas de ces réalisateurs américains qui attirent les foules à la manière d’un Tim Burton ou d’un Martin Scorsese. Et pour cause, ce... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 17:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 février 2008

Mélo (Alain Resnais, 1986)

  Resnais reste inclassable. Choisir le long-métrage introductif pour sa rétrospective intégrale à Beaubourg (enfin une rétrospective !) n’a pas du être une affaire évidente. On attribua finalement cet honneur à Mélo, un film réunissant les fidèles qui entourèrent le maître lors des trois dernières décennies. Soit entre autres les indémodables Sabine Azéma, Pierre Arditi et André Dussollier mais aussi le décorateur Jacques Saulnier, la scripte Sylvette Baudrot et tant d’autres. Resnais a toujours insisté sur l’aspect... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 17:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 février 2008

L'Année dernière à Marienbad (Alain Resnais, 1961)

    Beaucoup de cinéastes se sont essayés à brouiller les frontières entre rêve et réalité. Si certains s’y cassent la pipe, d’autres arrivent à fasciner. C’est le cas d’Alain Resnais avec L’Année Dernière à Marienbad. Une fois de plus le cinéaste se frotte aux auteurs du Nouveau Roman : après Marguerite Duras qui avait signé le scénario d’Hiroshima mon amour, il fait ici appel à Alain Robbe-Grillet. Difficile de restituer un synopsis fidèle du film tant la présentation des faits invite en permanence au doute.... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 17:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 février 2008

Marius / Fanny / César (A. Korda / M. Allégret / M. Pagnol, 1931-1936)

Mais comment donc cette trilogie marseillaise est-elle devenue mythique ? Même Raimu ne pouvait expliquer son succès alors qu’il la jouait sobrement sur les planches du théâtre de Paris : « Je n’y comprends rien. Dans ce rôle, je dis le texte, rien de plus, je parle comme à la maison, et tout d’un coup, c’est un triomphe. Je me demande pourquoi. ». Beaucoup d’éléments amènent à penser que le film serait parti aux oubliettes si de multiples éléments n’entraient pas en compte. Le premier volet, Marius, est le fruit d’un concours... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 16:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
18 février 2008

Ascenseur pour l'échafaud (Louis Malle, 1957)

Si le phénomène "Nouvelle vague" ne débute concrètement qu’en 1959 avec Les 400 Coups et A bout de souffle, il est des auteurs de la même génération qui anticipent le mouvement. Louis Malle est de ceux-là. Après avoir prêté main forte au long-métrage du Commandant Cousteau Le Monde du silence (palme d’or en 1953), il se lance dans l’adaptation avec Ascenseur pour l’échafaud d’après Noël Calef pour ce qui sera son premier film d’auteur : Julien vit une passion endiablée avec Florence, la femme de son patron. Les deux... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 16:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 février 2008

No Country for old men (Joel et Ethan Coen, 2007)

Depuis leurs débuts, Joel et Ethan Coen s’appliquent à déstructurer les mythes de l’Amérique profonde. Maîtres hors pairs d’un langage cinématographique de l’extrême hérité d’Hitchcock, de Welles et d’autres grands d’Hollywood, ils mettent leur connaissance au profit d’une ironie féroce. Les Coen sont des hors-la-loi, des bourreaux jetés dans la jungle du cinéma. On se s’étonne pas de voir l’oncle Sam les lorgner depuis toujours avec un air méfiant. Et il y a de quoi. No Country for old men est un retour virulent, une fresque... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 00:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 février 2008

It's a free world... (Ken Loach, 2007)

S'il est une thèse que l’on ne se risque plus à récuser, c’est bien celle que Ken Loach est un auteur réaliste. En 1960, Karel Reisz dévoilait son Samedi soir et dimanche matin, œuvre manifeste du Free Cinema Anglais. Et alors qu’en France les Truffaut, Rivette et autres Godard clamaient leur amour du cinéma fictionnel en se référant aux chefs-d’œuvre des maîtres hollywoodiens, de l’autre côté de la Manche la tendance était tout autre. Ce qui comptait pour les cinéastes britanniques tels que Karel Reisz, Lindsay Anderson ou Tony... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 00:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 février 2008

Le Voyage du ballon rouge (Hou Hsiao-Hsien, 2007)

La grammaire traditionnelle est (une fois de plus) recalée au placard ! Situation idéale pour que Hou Hsiao-Hsien puisse développer sa foi naturaliste. Ses acteurs gravitent dans un espace restreint où l’improvisation est de mise. La liberté, l’épure, l’envol. Le titre annonçait déjà la couleur, le ballon matérialisant l’humeur générale, une courbe éternelle à la conquête permanente de l’échappée belle. Pourtant, cette « échappée » se met en contrepoint avec l’impression d’enfermement qui parcourt tout le film. Le ballon est... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 00:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 février 2008

Into the Wild (Sean Penn, 2007)

On croyait les grands espaces définitivement bannis du cinéma américain. Sean Penn, acteur grandiose et réalisateur tout à fait honorable, prend intelligemment le contre-pied de cette tendance. L’espace, qui fut au premier plan d’un cinéma aujourd’hui révolu (le western classique en tête) joue ici un rôle témoin promptement justifié. Into the Wild est adapté du roman de Jon Krakauer sur la véritable histoire de Chris McCandless, jeune homme d’une vingtaine d’année animé par le désir de quitter toute forme de civilisation et de... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 00:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :