17 février 2008

L'Impossible Monsieur Bébé (Howard Hawks, 1938)

J’ai découvert L’Impossible Monsieur Bébé pour la première fois chez moi, en DVD. Il m’avait alors peu emballé. Puis, je suis retourné le voir hier soir à la Cinémathèque. L’admirer sur grand écran, au milieu des autres spectateurs, m’a révélé sa véritable valeur : il va sans dire que le film est un chef d’œuvre ! On ne le répètera jamais assez : mieux vaut découvrir un film au cinéma que devant sa télévision…    Howard Hawks n’attendit pas les fougueux journalistes de la Nouvelle Vague française pour se... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 18:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 février 2008

La Captive aux yeux clairs (Howard Hawks, 1952)

Hollywood développa trois formes de langage au cours de son histoire. Le muet fut la première, puis vint le temps du langage indirect et enfin celui du direct. Le public d’aujourd’hui s’accroche uniquement à cette dernière période. Le temps de la simple insinuation est désormais révolu et depuis la fin des années 60, le spectateur lambda classe les chefs d’œuvres de Ford, Hitchcock ou Cukor dans les « classiques » qu’il ne s’efforcera plus de revoir. Désormais, plus besoin de décrypter quoi que ce soit, autant dire les choses... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 18:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 février 2008

Rio Bravo (Howard Hawks, 1959)

Nous sommes en 1959, l’année de tous les changements. Alors qu’en France se met en place le phénomène « Nouvelle vague », de l’autre côté de l’Atlantique les vétérans qui firent la gloire d’Hollywood dix ou vingt ans auparavant continuent à faire ce qu’ils ont toujours fait. Et c’est devant Le Train sifflera trois fois  de Fred Zinnemann qu’Howard Hawks s’est inquiété de l’avenir du western. Un genre qui tend depuis peu vers le drame psychologique. Comment accepter cet état d’esprit ? Un sheriff qui supplie qu’on lui... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 février 2008

La Terre des Pharaons (Howard Hawks, 1955)

Suivant les traces du maître en la matière Cecil B. De Mille, beaucoup de réalisateurs américains de la même époque voulurent réaliser leur propre péplum. Howard Hawks put s’y exercer au même titre que Robert Wise ou Michael Curtiz. Le sien a pour nom La Terre des pharaons. Il retrace le processus de construction du tombeau de Chéops, pharaon d’Egypte, par un architecte prisonnier de guerre, Vashtar. Pendant ce temps au palais, Nellifer, princesse de Chypre devenue deuxième épouse, cherche à enclencher la chute du souverain afin de... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 17:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]