12 octobre 2008

Rumba (Dominique Abel / Fiona Gordon / Bruno Romy, 2008)

  Peu de cinéastes marchent par trois. Dans le cas concernant Dominique Abel, Fiona Gordon et Bruno Romy, les résultats ont toujours été relativement probants. Ils sont de ces artistes discrets, ceux qui affectionnent les burlesques américains et qui savent se satisfaire d’un bout de carton en guise de décor. Car voila, Rumba est un film cheap, caractéristique fatalement handicapante dès lors que les aspirations sont un tant soi peu réalistes. Si le trio de cinéastes n’est pas exempt de conscience sociale (d’après la... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 17:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

29 septembre 2008

Gomorra (Matteo Garrone, 2008)

  C’est un fait, le cinéma italien est dans une impasse. Le temps où leurs fictions faisaient le tour du monde est bel et bien révolu. Désormais, un seul moyen pour tirer son épingle du jeu : oser s’aventurer en politique. Comme on le sait, le festival de Cannes s’applique chaque année à refléter les prouesses cinématographiques de telle ou telle contrée. Si en 2007 l’Italie était littéralement absente de la compétition officielle, en 2008 elle revient en force avec deux films. Deux films que l’ont retrouve d’ailleurs au... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 12:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
15 septembre 2008

Mamma Mia ! (Phyllida Lloyd, 2008)

    Passionné de comédies musicales, fervent admirateur de Meryl Streep et loin d’être allergique au disco, c’est tout naturellement (et sans honte !) que je suis allé voir Mamma Mia !. Il a toujours été de tradition à Hollywood d’adapter les comédies musicales à succès, qu’elles viennent de Broadway ou d’ailleurs. A l’origine, Mamma Mia ! est un spectacle de nationalité anglaise écrit par la britannique Catherine Johnson et qui repose sur les plus gros succès du groupe suédois ABBA. Direction la Grèce et l’île de... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 02:17 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
15 septembre 2008

Ninotchka (Ernst Lubitsch, 1939)

    « Garbo rit ! » fut le slogan publicitaire de Ninotchka, première comédie et avant-dernier film de l’actrice. Après avoir été la plus grande star du muet, Greta Garbo a su brillamment relancer sa carrière dans le cinéma parlant. Une prouesse à souligner tant à Hollywood l’apparition du son brisa les carrières de la majorité des acteurs, de Buster Keaton à Gloria Swanson en passant par Mary Pickford, Douglas Fairbanks et tant d'autres. Mais Garbo, elle, passa entre les mailles du filet tant son joli minois jamais... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 septembre 2008

Jeremiah Johnson (Sydney Pollack, 1972)

    Sans être l’un des cinéastes les plus inventifs de sa génération, Sydney Pollack, disparu récemment, signa quelques chefs-d’œuvre qui n’eurent guère de mal à gagner la postérité. Il était de ces réalisateurs qui préfèrent l’indigence des contrées sauvage au grand confort des studios. La nature fait partie intégrante de son œuvre et, en la matière, Jeremiah Johnson fait office de profession de foi : soit l’odyssée d’un homme dégouté de la civilisation qui s’exile dans les Montagnes Rocheuses pour y vivre en... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 21:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 septembre 2008

Be happy (Mike Leigh, 2008)

    Mike Leigh est de ces cinéastes qui n’hésitent guère à miser sur des personnages forts. On se souvient de Vera Drake, sa dernière réalisation distinguée à Venise, dont le personnage éponyme aidait clandestinement des jeunes filles à avorter dans l’Angleterre des années 50. Si Be happy se montre bien moins dramatique, il est pourtant construit selon les mêmes règles. Quelques différences cependant : Leigh redevient contemporain et remplace le jeu volontairement pathétique d’Imelda Staunton par celui, complètement... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 00:52 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

09 septembre 2008

Madame porte la culotte (George Cukor, 1949)

  Qui d’autre à Hollywood aura su mieux parler des femmes que George Cukor ? Toutes les plus grandes ont tourné sous sa direction, d’Ingrid Bergman à Audrey Hepburn, de Greta Garbo à Marilyn Monroe, sans oublier sa muse d’entre les muses, la majestueuse Katharine Hepburn que l’on retrouve ici- même dans Madame porte la culotte. Cette-dernière, avec l’âge, a su développer une aura tout à fait unique. Bien que femme, son élégance et sa posture invitaient à la considérer à l’égal de l’homme. Tant et si bien qu’à l’aube des... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 17:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
28 août 2008

The Dark Knight (Christopher Nolan, 2008)

    La Warner ne souffrira pas de la grève des scénaristes qui fit rage fin 2007 début 2008. Pour s’en convaincre suffit-il de contempler les scores de The Dark Knight au box-office américain. Si Batman n’a jamais été le super-héros préféré des français, la critique est unanime quant à la qualité de cet opus, tant et si bien qu’outre-Atlantique le film n’est désormais rien de moins que le succès de l’année 2008. Un beau carton plein. Du coup, pas de bol, c’est les amateurs d’Harry Potter qui trinquent. Les... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 00:24 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,
26 août 2008

La Fiancée de Frankenstein (James Whale, 1935)

    Suite au triomphe de Frankenstein, les studios Universal s’efforcèrent de convaincre James Whale d’en tourner la suite. Le cinéaste aura droit à tous les égards et prendra sur ses épaules l’entière responsabilité du projet, suivant de près l’écriture du scénario ou encore l’élaboration des effets visuels. La Fiancée de Frankenstein sera ainsi l’un de ses films les plus personnels. L’histoire reprend au moment même où on l’avait laissée. Le monstre a survécu à l’incendie du moulin et rode encore dans la vallée.... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 01:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 août 2008

Frankenstein (James Whale, 1931)

    Le cinéma d’horreur trouve son point culminant à Hollywood dans les années 30. Fortement inspirés par le cinéma expressionniste allemand (reflétant lui-même à son époque la terreur provoquée par le IIIème Reich), les producteurs d’Universal en viendront à créer une série de fims de monstres dont les plus célèbres sont le Dracula de Tod Browning, le Docteur Jekyll et Mister Hyde de Rouben Mamoulian et ce Frankenstein signé James Whale. L’histoire, (très) librement adaptée de l’œuvre originale de Mary Shelley, conte... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 19:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :