31 mai 2008

Le Canardeur (Michael Cimino, 1974)

    On connaît essentiellement Cimino pour deux de ses chefs-d’œuvre. Le premier, Voyage au bout de l’enfer lui rapporta d’un même élan la révélation et la consécration, notamment aux oscars où il rafla entre autres ceux du meilleur réalisateur et du meilleur film. Le second, La Porte du paradis, fresque violente sur l’Amérique pionnière, eut un effet tout autre : tronqué à sa sortie, il fit couler la United Artists par ses dépassements de budget faramineux. La faillite du producteur alla de pair avec la fin du «... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 00:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 mai 2008

Le Bon, la brute et le cinglé (Kim Jee-Woon, 2008)

    Cannes ce n’est pas que du cinéma intello : pour preuve, j’ai aussi pu y voir le blockbuster tant attendu de Kim Jee-Woon, Le Bon, la brute et le cinglé. Ce film hommage à gros budget a beaucoup fait parler de lui en ce dernier jour de festival. L’occasion pour son auteur de s’extirper des genres plus communs en continent asiatique que sont le drame et le thriller (Deux sœurs, A bittersweet life) pour s’en tourner vers les grandes plaines de l’ouest américain. S’il est une chose que l’on peut affirmer, c’est que... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 01:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
29 mai 2008

Un conte de Noël (Arnaud Desplechin, 2008)

    La Palme d’or tant espérée est venue de là où ne l’attendait pas. Et pour cause, c’est sur Un Conte de Noël que misait l’ensemble de la critique française et non sur le dernier Cantet. Il faut dire qu’Arnaud Desplechin est l’un des auteurs français les plus doués et les plus appréciés de sa génération. Aller voir l’un de ses films revient à ouvrir un roman. Ses piliers, ce sont les personnages, des caractères si forts qu’ils pourraient être acteurs d’un mythe. Et de ci de là, conflits, exaltations, passions et... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 13:16 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 mai 2008

Il Divo (Paolo Sorrentino, 2008)

  Vu également à Cannes le prix du jury attribué cette année à l’italien Paolo Sorrentino pour Il Divo. Les rumeurs courent comme quoi Thierry Frémaux se serait ardemment battu pour que le film soit en compétition. Avouons que le sujet avait de quoi plaire à Sean Penn, le président du jury s’étant montré extrêmement demandeur en films politiquement engagés. Il sera servi. Sorrentino dresse avec Il Divo le portrait au vitriol de Giulio Andreotti, figure majeure du pouvoir italien ayant officié sept fois comme président du... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 01:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 mai 2008

Entre les murs (Laurent Cantet, 2008)

        Ô surprise ! Parmi les quelques films que j’ai eu l’occasion de voir à Cannes se trouvait la Palme d’or ! Qui l’eut cru ? Certes, on ressort assez réjouit du dernier Cantet, Entre les murs, annoncé en compétition à la toute dernière minute ; pour autant le film méritait-il vraiment d’accéder à la première marche du podium ? Exit les Eastwood, Khoo, Dardenne et Gray que l’on disait pourtant exceptionnels. Cannes fait enfin honneur à un film français, vingt-et-un ans après Sous le soleil de Satan de... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 01:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
21 mai 2008

Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal (Steven Spielberg, 2008)

Enfin voici que débarque en salles le film tant attendu ! Après avoir fait l’évènement à Cannes dimanche dernier, Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal est enfin visible partout en France ! Les critiques accusent ça et là une quelconque « banalité », du « déjà-vu » si ce n’est du « réchauffé ». Sortant à peine de la salle juste après avoir visionné les trois autres épisodes, je ne pouvais qu’être intransigeant quant à la qualité du dernier en date. Balayées les critiques mitigées, j’affirme et je signe : Steven Spielberg,... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 17:33 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

21 mai 2008

Indiana Jones et la Dernière Croisade (Steven Spielberg, 1989)

Pour le troisième épisode de la saga, Spielberg sort son personnage de la jungle et le rapatrie en occident. De ce fait, Indiana Jones et la dernière croisade (sorti en 1989) s’inscrit plus dans la veine du premier épisode que du deuxième. Notre héros n’est plus simplement le bienveillant américain qui œuvre pour le triomphe du bien. Cette fois-ci, une back story s’impose, conférant au personnage incarné par Harrison Ford encore plus d’épaisseur. Il est grand temps pour Sean Connery, alias Henry Jones senior, de faire son entrée en... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 17:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 mai 2008

Indiana Jones et le Temple Maudit (Steven Spielberg, 1984)

Indiana Jones et le temple maudit est le deuxième opus de la saga. Sorti trois ans après Les Aventuriers de l’Arche perdue, il se présente avant tout comme un « épisode ». Excepté Indy lui-même, aucun personnage n’est réemployé, pas même sa dulcinée Marion. Pour le coup, on préfèrera lui coller une vedette de Music Hall interprétée par Kate Capshaw (qui deviendra par la suite Mrs. Steven Spielberg) et un gamin espiègle (Jonathan Ke Quan). Oublié toute trace d’occidentalisation, place à l’exotisme. Tout démarre dans un cabaret... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 mai 2008

Les Aventuriers de l'Arche Perdue (Steven Spielberg, 1981)

Indy’s back ! Depuis le dernier épisode de la saga Star Wars on n’avait pas encore revu un tel engouement dans les salles (pour s’en assurer suffisait-il de passer devant le Max Linder sur les Grands Boulevards hier soir pour la projection à 00h01 !). Mais avant de se lancer dans l’analyse du dernier volet, retour sur les trois premiers, revisionnés avec plaisir, comme il se devait. Retour en 1981, là où tout commença, avec Les Aventuriers de l’Arche perdue. 1936. Indiana Jones, éminent professeur d’université et aventurier... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 mai 2008

Le Grand alibi (Pascal Bonitzer, 2008)

Décidément Agatha Christie est à la mode. Après Pascal Thomas qui a joliment orchestré la transposition en France de l’atmosphère britannique (qu’on disait pourtant immuable) propre à ses romans (Mon petit doigt m’a dit, L’Heure zéro), c’est au tour d’un autre Pascal, Bonitzer cette fois-ci, de se lancer dans l’arène. On connaît essentiellement l’auteur pour la qualité de ses scénarii (mis à profit chez de grands auteurs intellos tels Rivette, Téchiné, Jacquot, Akerman et tant d’autres), moins pour la transcendance de sa mise en... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 17:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,