10 avril 2008

Et Dieu... créa la femme (Roger Vadim, 1956)

La qualité première du réalisateur Roger Vadim fut d’avoir été un dénicheur de talents assez futé, offrant volontiers leur premier rôle important à quelques jeunes pointures encore méconnues, telles Catherine Deneuve dans Le Vice et la vertu (1963) ou bien Brigitte Bardot dans le désormais culte Et Dieu… créa la femme. Il aura donc suffit d’un seul film pour qu’explose le phénomène B.B. L’histoire nous amène à Saint-Tropez où Juliette, tout juste dix-huit ans, est une jeune fille à la beauté provocante et à la réputation de «... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 19:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

06 avril 2008

Pickpocket (Robert Bresson, 1959)

Pickpocket est le film idéal pour s’initier au cinéma de Robert Bresson. Sa mise en scène est définie par un système de choix qu’il explicitera en 1975 dans Notes sur le cinématographe. Il y développe l’importance qu’il donne au rapport qui lie un plan à un autre à défaut de la construction même du plan. D’où la recherche d’une certaine neutralité qui passe par un choix d’acteurs non professionnels appelés non plus « personnages » mais « modèles » car partisans d’un processus de désincarnation de la conscience. Mais malgré ces... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 13:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
01 avril 2008

True Lies (James Cameron, 1994)

Les opinions sont extrêmement divisées quant à la qualification d’ « auteur » attribuée à James Cameron (le débat est d’ailleurs plus enflammé en France que partout ailleurs). Personnellement, j’estime que le metteur en scène a amplement mérité les récompenses qui lui furent attribuées en 1998 pour Titanic, qui dans son genre est un film tout à fait réussi. Cameron est de ces cinéastes entrepreneurs de films à gros budget, et par conséquent extrêmement plébiscités par le public. A revers, la critique française s’amuse... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 23:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
31 mars 2008

Un monde parfait (Clint Eastwood, 1993)

L’œuvre de Clint Eastwood est désormais dense et rayonnant, à tel point qu’on à tendance à trancher dans sa production en qualifiant certains films de « mineurs » et d’autres de « majeurs ». Enorme bêtise lorsqu’on sait que chaque élément est essentiel dans la filmographie d’un tel cinéaste. Un monde parfait en est l’exemple-type. Au Texas, en 1963, Butch et Terri s’échappent de prison. A quelques kilomètres de là, des gamins fêtent Halloween. Mais le jeune Philip est écarté de l’euphorie générale puisque, comme sa mère et ses... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 23:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
29 mars 2008

Il y a longtemps que je t'aime (Philippe Claudel, 2008)

Cinéma et littérature sont deux arts bien distincts. Quand il s’agit d’adaptation, la tendance voudrait que le second prenne le pas sur le premier. Combien de fois a-t-on entendu à propos de tel ou tel long-métrage (qu’il soit réussi ou loupé) « oui, mais le livre est mieux que le film » ? Pour Philippe Claudel, la quarantaine, auteur déjà plus ou moins reconnu, la question ne se posera pas. Le voici qui se lance dans la grande aventure du cinéma avec un scénario original sensé témoigner de son bagage littéraire. Sans doute... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 mars 2008

L'Heure d'été (Olivier Assayas, 2008)

A l’occasion de son vingtième anniversaire le musée d’Orsay a commandé une série de films à quatre cinéastes aux origines et ambitions diverses. Le premier opus est sorti en janvier dernier : il s’agit du surprenant Voyage du ballon rouge signé Hou Hsiao-Hsien. Alors qu'arrive en salles le deuxième film de la série (L’Heure d’été), on apprend que les deux autres metteurs en scène convoités par Orsay, à savoir Jim Jarmusch et Raoul Ruiz, pataugent dans des soucis de production qui compromettent sérieusement l’accomplissement du... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 00:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 mars 2008

A bord du Darjeeling Limited (Wes Anderson, 2007)

Wes Anderson est un auteur en marge du système qui est loin de faire l’unanimité. Adepte d’une grammaire cinématographique anti-conventionnelle et d’un humour particulièrement fin, le bonhomme trace discrètement son chemin de film en film. Là où Rushmore (1999) et la Famille Tenenbaum (2002) avaient agréablement surpris l’ensemble de la critique, il en était tout autre de son film suivant, La Vie Aquatique (2005) auquel on a reproché une certaine redondance et un humour qui devenait de plus en plus froid. C’est sans surprise... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 00:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
25 mars 2008

Un frisson dans la nuit (Clint Eastwood, 1971)

1971, grande année pour tous les fans du maître. On n’apprendra à personne qu’Eastwood a eu largement le temps de se faire connaître avant de réaliser Un frisson dans la nuit, qui est par ailleurs son premier film en tant qu’auteur. Façonné par Leone et sa fameuse trilogie de westerns spaghetti (Pour une poignée de dollars / Et pour quelques dollars de plus / Le Bon, la brute et le truand), le personnage Eastwood déclencha la polémique en enfilant par la suite le costume maudit de l’inspecteur Harry (réal. Don Siegel). La... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 17:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 mars 2008

African Queen (John Huston, 1951)

John Huston est un cinéaste pessimiste. La désillusion et l’échec habitent ses personnages, de Faucon Maltais en Désaxés. Pourtant, avec African Queen, son regard s’éclaircit le temps d’une heure et demie. Oh bonheur ! Peut-être est-ce pour cela qu’il est devenu par la même occasion son film le plus célèbre. Il marque ainsi la sixième collaboration du cinéaste avec Humphrey Bogart, qui se voit associé pour la première et dernière fois à la mythique Katharine Hepburn. L’acteur raflera pour ce film le seul oscar de sa carrière.... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 18:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
16 mars 2008

Le Voyage de Chihiro (Hayao Miyazaki, 2001)

En 2001, Le Voyage de Chihiro vient confirmer le talent du désormais incontournable Hayao Miyazaki. De Totoro en Kiki la petite sorcière, de Nausicaa en Mononoké, le maître excelle en matière de magie. L’atmosphère qui se dégage de ses films est unique, preuve évidente d’une belle signature d’auteur. Le dessin animé (ou manga), s’il s’adresse en priorité aux enfants (Miyazaki n’en dément pas), aborde également des thèmes extrêmement développés dans des branches plus « adultes », à savoir politiques, écologiques ou sociales. Il... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 18:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]