20 novembre 2008

L'Échange (Clint Eastwood, 2008)

  Si je n’ai pas écrit depuis un certain temps, je n’ai pas pour autant déserté les salles ni hésité à jeter un œil dans mes revues cinématographiques habituelles. Hébété, frustré, voire littéralement choqué de voir ce que ces gens de la presse, de même que ceux de la blogosphère, osent écrire sur le dernier Eastwood. « Mollasson », «  faible », voire carrément « sans inspiration » ! Que ne faut-il pas lire ou entendre ! L’Echange surprendra certes sur certains points, et notamment ce choix de revenir sur un fait... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 14:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31 mai 2008

Le Canardeur (Michael Cimino, 1974)

    On connaît essentiellement Cimino pour deux de ses chefs-d’œuvre. Le premier, Voyage au bout de l’enfer lui rapporta d’un même élan la révélation et la consécration, notamment aux oscars où il rafla entre autres ceux du meilleur réalisateur et du meilleur film. Le second, La Porte du paradis, fresque violente sur l’Amérique pionnière, eut un effet tout autre : tronqué à sa sortie, il fit couler la United Artists par ses dépassements de budget faramineux. La faillite du producteur alla de pair avec la fin du «... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 00:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 mai 2008

Mystic river (Clint Eastwood, 2003)

Avec Mystic river, le grand Clint entre dans un cycle de chefs d’œuvre qui depuis n’a cessé d’aller de l’avant. Preuve que l’auteur est certainement moins classique et plus métaphysique qu’on ne le croit. Mystic river est LE film eastwoodien par excellence : son scénario sert à merveille les conceptions philosophiques (et humanistes) qui habitent le cinéaste depuis toujours. Les thèmes clés de son œuvre y sont exploités à travers les destins de trois personnages tout simplement fascinants. Jimmy, Sean et... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 14:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
31 mars 2008

Un monde parfait (Clint Eastwood, 1993)

L’œuvre de Clint Eastwood est désormais dense et rayonnant, à tel point qu’on à tendance à trancher dans sa production en qualifiant certains films de « mineurs » et d’autres de « majeurs ». Enorme bêtise lorsqu’on sait que chaque élément est essentiel dans la filmographie d’un tel cinéaste. Un monde parfait en est l’exemple-type. Au Texas, en 1963, Butch et Terri s’échappent de prison. A quelques kilomètres de là, des gamins fêtent Halloween. Mais le jeune Philip est écarté de l’euphorie générale puisque, comme sa mère et ses... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 23:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
25 mars 2008

Un frisson dans la nuit (Clint Eastwood, 1971)

1971, grande année pour tous les fans du maître. On n’apprendra à personne qu’Eastwood a eu largement le temps de se faire connaître avant de réaliser Un frisson dans la nuit, qui est par ailleurs son premier film en tant qu’auteur. Façonné par Leone et sa fameuse trilogie de westerns spaghetti (Pour une poignée de dollars / Et pour quelques dollars de plus / Le Bon, la brute et le truand), le personnage Eastwood déclencha la polémique en enfilant par la suite le costume maudit de l’inspecteur Harry (réal. Don Siegel). La... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 17:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 février 2008

Lettres d'Iwo Jima (Clint Eastwood, 2006)

On n’était pas étonnés de voir Clint Eastwood se lancer dans le film de guerre avec Mémoires de nos pères il y a de cela quelques mois. Le réalisateur (le dernier « classique » d’Hollywood dit-on) a révélé film après film son intérêt pour la condition humaine. L’approche du soldat et ses réactions face à la terreur ou la mort sont des thèmes qui s’insèrent naturellement au creux de la filmographie d’Eastwood. Après avoir décortiqué les réactions américaines lors de la bataille d’Iwo Jima dans son dernier film, il adopte à présent le... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 22:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 février 2008

Mémoires de nos pères (Clint Eastwood, 2006)

Nul besoin pour Eastwood de faire ses preuves. Pourtant le réalisateur, alors âgé de 76 ans, se donne encore les moyens de faire des films intelligents et novateurs. D’où l’idée d’un diptyque cinématographique : la bataille d’Iwo Jima vue par les américains puis par les japonais. Mémoires de nos pères est la première de ces deux visions. La seconde, Lettres d'Iwo Jima sortira dans nos salles début 2007. Comment retomber sur ses pattes après avoir fait un chef-d’œuvre ? Outre la beauté de sa mise en scène et de ses aspects... [Lire la suite]
Posté par twain81 à 20:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :