J'ai toujours été un fervent admirateur des studios Pixar depuis leur début. A l'annonce des Toy Story, de 1001 Pattes, de Monstres et Cie, du Monde de Nemo jusqu'au fabuleux Les Indestructibles, je me suis jetté dans les salles avec enthousiasme sans jamais en sortir déçu. Mais la bande-annonce de Cars me laissait perplexe : aucune envie d'aller voir une histoire qui parle de voitures... Finallement, je me suis dit "c'est un Pixar après tout" et comme d'habitude, je n'ai pas été déçu (mais pas du tout du tout du tout...).

cars012006 est une bonne année pour John Lasseter. Après être devenu le directeur artistique de la "Walt Disney Imaginering", le voici qui revient à la réalisation avec Cars (son dernier film en date étant Toy Story 2). L'idée de Lasseter est difficile à réaliser mais c'est un homme borné. Choisissant comme décor la petite ville de Radiator Springs, il donne vie à des voitures qui vont s'efforcer de rendre à la route 66 ses lettres de noblesse. Le problème est évident : comment le spectateur pourrait-il s'attacher (voire s'identifier) à une automobile ? Et bien, croyez-le ou non, son projet marche comme sur des roues(lettes) ! Lasseter a donné une âme à chacune de ses voitures, n'en laissant aucune sur le bas-côté. La splendeur de l'image liée à un scénario des plus solides pour un film d'animation (la Pixar touch, of course) nous font oublier que ces personnages ont des roues. On se laisse conduire par Flash McQueen vers une aventure hors du commun. Encadré par deux courses automobiles palpitantes, le film multiplie les rebondissements pour inculquer à son héros des valeurs on ne peut plus disnéennes (humilité, respect et surtout amitié). Le réalisateur est fidèle a lui-même : son pari est risqué mais il est une fois de plus relevé. Cars est un concentré d'excitation, d'émotions, de rires mais c'est aussi un bonheur visuel tant l'image est impeccable sur le plan technique. A voir et à revoir en famille comme tout Pixar qui se respecte.